21 janvier 2022

Lien direct avec le tennis

Si vous êtes perplexe après avoir regardé les vidéos ci dessus, cet article en fait pour vous.

Point suivant !

L’angle de vue 4 montre la politique du point suivant. Il n’y a rien avant, il n’y a rien après, nous sommes ici et maintenant. Vous le savez peut être mais nous avons entre 60 000 et 80 000 pensées par jour. Quand nous jouons un match, nous pouvons être distrait par ces pensées. Soient nous nous projetons dans le passé, soit dans le futur.

Dans les deux cas, nous ne sommes pas pleinement présent pour ce point là.

Se reprocher d’avoir fait ça nous amène encore à reproduire cette attitude. Vous allez me dire : « Mais je veux progresser Mathieu ! je me reprend » et là je vous réponds : « C’est pas le moment de faire ça ». C’est seulement à la fin du match qui vous pourrait faire le point, mais pas maintenant.

Ce qui compte est le moment présent

Ce n’est pas en vous disant qu’il faut être dans le moment présent, que vous serez dans le moment présent. Ce n’est parce que vous voulez, que vous pouvez. C’est une question de compétence. Si vous avez la compétence, alors vous pourrez.

L’approche tennis-technique

C’est ce que je partage dans le site. Le tennis n’est pas que des coups de raquettes. « Ce n’est pas parce que vous avez une bonne tronçonneuse que vous êtes un bon bucheron ». A l’inverse, un expert sans de bons outils n’arrivera pas à un résultat satisfaisant. C’est un mélange des deux.

Sachant que le rôle principal du cerveau est de contrôler les mouvements du corps, il est essentiel de l’inviter pendant nos entraînements pour avoir une technique plus fiable.

Non, je ne suis pas psychologue mais négliger cette partie mentale serait une grossière erreur car le cerveau qui contrôle nos mouvements.

Lorsque je pense à ma technique

« Je suis bon élève, appliqué et pourtant je n’y arrive pas ». Ce n’est pas la théorie, mais la conscience qui vous amènera vers une transformation positive de votre jeu. La théorie serait une compréhension logique et cartésienne de la chose de la technique, la maitrise est la conscientisation de la théorie pour vous.

Bien plus subtile que ça, la théorie est une schématisation de l’énergie qui traverse votre corps. 

Et sachant qu’une pensée à de l’énergie (c’est vérifié avec un électroencéphalogramme) diriger cette énergie me semble tout aussi important que diriger la balle avec la raquette. J’en reviendrai plus en détail dans le blog.

Vue 2

Dans ce cas là nous voyons les conséquences de ce que nous avons produit, sans en connaître les causes. Je crois à cette loi de l’univers de la cause et de l’effet. Et si ça se produit, ce n’est pas un hasard. En d’autre mots, si vous avez crée ça sans le vouloir, c’est que vous êtes ignorant. Et le contraire de l’ignorant est la conscience, tout simplement.

Dès que l’on reconnait que tout ce qui arrive dans notre vie, nous l’avons crée, nous devenons responsable. Responsable, au sens où nous agissons avec le monde extérieur en étant au meilleur de nos capacités. Nous faisons ce que nous pouvons faire et nous le faisons avec une attention accrue.

C’est tout le contraire d’une victime qui se plaint d’en être arrivé. Ou d’un auto-saboter qui se reproche d’avoir développé tel ou telle habitude.

C’est là qu’intervient le travail analytique

La vue 1

Cet angle de vue est plus pragmatique : Je regarde ce que j’ai accumulé jusque là. Par exemple si je suis en surpoids, ou si je suis peu rapide, au lieu de m’en vouloir je l’accepte. Attention ! L’accepter n’est pas se résigner. Au contraire, c’est une preuve d’amour envers soi même. Une invitation à redevenir conscient. Je vous invite à voir cette entretient avec Lise Bourbeau [1,13].

Accepter n’est pas se résigner, c’est prendre un nouveau départ

Pour résumer

La pire des choses est de juger le livre en ne regardant que sa couverture. Il n’y a pas de jugement ou de conclusion à avoir, juste une observation attentive. Et si vous me jugez de cette manière, c’est que peut être vous le faites envers vous même, sans vous en rendre compte.

C’est comme c’est, et ça ne peut pas être autrement aujourd’hui.

Ca ne veux pas dire que je m’en complait. Simplement, je ne suis pas dans le déni et c’est la première étape pour agir différemment.

La folie est de répéter encore et encore les mêmes choses et d’espérer des résultats différents.

Albert Einstein
If you loved, spread !

Mathieu Coulon

Je suis moniteur de tennis professionnel depuis 2009 et j'aime utiliser les neuro-sciences et la diététique pour apprendre le tennis dans de meilleurs conditions. Je pars du principe que si nous nous sentons mieux, nous apprenons plus vite et sur le long terme.

Voir tous les articles de Mathieu Coulon →

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :