Qui mieux que le joueur, pour savoir ce qu’il ressent ? Combien de coachs cherchent vraiment a l’écouter ? Pour donner de la valeur a notre aide nous devons améliorer notre communication afin d’éclaircir la situation présente.

Il est très fréquent que les parents ou les coach redoublent d’énergie pour faire évoluer une situation.

Inconsciemment, l’énergie créatrice est mal redirigée et est perdu.

Si nous aidons l’enfant à formaliser ce qu’il ressent, nous pourrons l’aider à diminuer son taux de stress,

Simplement en élevant son niveau de conscience :

Qu’est ce que j’ai ressenti ? Quel a été l’élément déclencheur ?

Grace à de la bienveillance et des bases de communication vous renforcerez la relation avec votre enfant. Et donc votre aide.

Le but n’étant pas de chercher à comprendre mais d’être simplement disponible auprès de lui, ou d’elle.

La compassion et la complicité avant tout

Selon Bruce Lipton, docteur en neurosciences, si les parents souhaitent avoir un impact positif envers leur enfant, ils devraient simplement chercher à devenir leur meilleur ami et plus spécialement avant 7 ans.

Donc de faire l’effort de rentrer dans son univers en communiquant avec son langage

Dans un second temps, si vous avez des valeurs à transmettre, cela sera très efficaces de le faire grâce au jeu. Faites des petits jeux avec lui, n’importe pour commencer et voyez. Peu importe le résultat, ce qui compte avant tout c’est l’état d’esprit qu’il y règne durant le jeu.

Pas la peine de sous jouer, mettez des handicaps (de points ou de technique). Ex : Jouer de la main opposée.

Prévenir plutôt que guérir

J’encourage les enfants à développer leur autonomie dès le plus jeune âge. Plus tôt ils apprennent à être autonome et plus tôt ils auront plus de chances d’affirmer et d’être responsables plus jeunes. Cela leur permettra de multiplier les expériences et de fleurir leurs savoirs êtres. .

Encourager à la résilience.

Effort – Application

Je vous invite à lire Yves de Riedrich, « Laissez moi jouer ».

Le victorieux

Un joueur qui réussit c’est un joueur qui aime les challenges. Il a un désir de partager son art et d’être reconnu pour ce qu’il fait. Au delà de la performance, c’est l’attention que vous portez à son action qui jouera un impact positif.

Encourager-le à s’aimer dans sa pratique. Libéré de tout jugements.

Il s’autorisera à gagner. Puisque qu’il ce sera autorisé à perdre. Dès l’instant où l’équilibre entre la victoire et la défaite est rétabli, votre enfant commencera à se sentir plus léger et ça se verra.

Don’t practice to get it right, practice until you can’t get it wrong. (Ne t’entraînes pas pour bien faire, entraînes toi jusqu’à temps qu’il soit impossible pour toi de mal faire.

Question : Quel est votre plus gros problème avec votre fille ou votre fils que vous suivez en compétition ?

Partagez vos réactions en laissant votre message juste en dessous. Merci.

A bientôt !

Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.